banner-EVUNS

Santé verte – production

planete

Le tabac est à l’origine une plante naturelle et sa production n’avait pas un impact considérable sur l’environnement. Par la suite, les conséquences environnementales se sont amplifiées notamment par l’industrialisation des procédés, l’ajout d’additifs et autres substances dans le but d’augmenter la dépendance et de rendre plus agréable sa consommation.

Découvrons les dégâts causés par l’industrie du tabac sur les écosystèmes…

Émission des gaz à effets de serres et changements climatiques

climat

“Chaque année, l’industrie du tabac est responsable de l’émission de 84 mégatonnes de dioxyde de carbone par an.”

Source : OMS

L’entièreté des cigarettes produites sont responsables de 0.2% des émissions globales de gaz à effet de serre.

En prenant en compte les émissions induites lors des procédés industriels, la production de tabac contribue au phénomène de réchauffement climatique considéré aujourd’hui par les experts comme l’une des menaces majeures pour notre planète.

Envie d’aller plus loin ?

Fumer nuit gravement à l’environnement (Ecotree)

La déforestation, une réalité à prendre en compte !

Pour pouvoir produire 1kg de tabac, l’industrie doit brûler près de 20 kg de bois ! Même si un seul arbre pèse souvent plus de 1000kg, ce sont des millions qui sont consacrés à la production du tabac. 

Pour se faire une idée plus concrète de l’impact de cette industrie sur l’environnement, imaginez-vous que c’est l’équivalent de 280 000 terrains de football de forêts qui partent « en fumée » chaque année pour produire les cigarettes ! 

Source : https://www.aideauxfumeurs.be/environnement/

deforestation

La dégradation des sols

Comme mentionné, chaque année c’est environ 3,5 millions d’hectares de terres qui sont détruits pour y cultiver du tabac. Cependant, l’abattage des forêts pour y planter du tabac provoque une dégradation des sols et une baisse des rendements, c’est-à-dire la capacité du sol à accueillir d’autres plantes ou cultures.

Source : OMS

L’eau est aussi à prendre en compte

eau

Pour assurer des rendements avantageux, l’industrie du tabac utilise de grandes quantités de fertilisants et de pesticides. Ceux-ci contribuent à la pollution des sols et de l’eau.

De même que pour pousser, le tabac demande également beaucoup d’eau : 670 mètres cubes pour une tonne de tabac. C’est autant que le riz, et cinq à huit fois plus pour une quantité équivalente de tomates ou de pommes de terre.

OMS

Generationsanstabac.org

Quebecsanstabac.ca

Le "greenwashing" de l’industrie du tabac, c’est quoi ?

Le phénomène du “greenwashing” est une stratégie utilisée par de multiples industriels afin de masquer les impacts de leur activité par un travail sur leur image (investissements dans des solutions qui semblent positives pour l’environnement, utilisation des termes “vert”, “naturel”, “neutre”…). Le phénomène a pris de l’ampleur ces dernières années avec l’augmentation de la préoccupation pour l’environnement. L’industrie du tabac, elle aussi, tente par diverses stratégies de se positionner en faveur de la protection de l’environnement.

Découvrez l’exemple d’Alcome, l’éco-organisme directement financée par l’industrie du tabac et en contradiction avec la Convention-Cadre de l’OMS. Cet organisme fait notamment porter la responsabilité sur les consommateurs de la pollution liée aux mégots.

Pourquoi l’éco-organisme de lutte contre les mégots pose problème

Parcourez également ce second exemple de stratégie de manipulation utilisée par l’industrie du tabac et illustré au travers de la nouvelle campagne de greenwashing pour Philip Morris International « Our World Is Not An Ashtray » (« Notre monde n’est pas un cendrier »).

Nouvelle campagne de greenwashing pour Philip Morris International

Plongée dans le lobbying de Philip Morris via la Fondation pour un monde sans fumée

greenwashing
Logo-EVUNS-carre-recoupe Ensemble
vers un nouveau souffle
Facebook619
Instagram104
223
Aller au contenu principal