banner-EVUNS

Je me maintiens

Quand on veut arrêter de fumer, on pense souvent que la difficulté et le danger de la rechute se situent dans les premiers jours. C’est une certaine réalité …et pourtant la grande majorité des rechutes se situent davantage à des moments stratégiques comme la fin du 1er mois, le 3ème et 6ème mois et à 1 an.

La littérature scientifique nous indique que sans aide (médicale et/ou psychologique) les chances d’un arrêt tabagique à 1 an sont de 5%, d’où la nécessité d’un encadrement sur cette période pour optimiser le confort et l’efficacité sur la 1ère année, année de transition de tous les dangers où le futur ex fumeur doit apprendre à se réinventer, se reprogrammer, se reconfigurer sans fumer quoiqu’il arrive, quoiqu’il se passe.

Arrêter de fumer est une étape, vivre sans fumer…traverser l’épreuve du temps et des événements sans refumer en est une autre.
Alors comment expliquer qu’il y ait moins de rechutes dans les premiers jours que dans les semaines et mois qui suivent ? D’une manière générale on pourrait dire que le nouveau ex-fumeur, au début, fait TOUT ce qu’il faut, QUAND il faut, COMME il faut pour ne pas fumer….et donc, il ne refume pas. Après, pour diverses raisons qui vont être énumérées ci-dessous, avec des pistes de solutions, cela pourrait changer.

étapes

Les raisons de fragilité, voire de rechute, et des pistes de solutions:

1. Le niveau de motivation baisse et/ou la motivation n’est plus d’actualité. Solutions : remettre à niveau la motivation, renforcer de nouvelles motivations.

2. Le sentiment de toute puissance dans l’arrêt gagne du terrain avec le temps. « Je gère »… Évidemment c’est un piège, 1 seul cigarette après des semaines, des mois et des années c’est la porte ouverte à la rechute. Solutions: on ne lâche rien, on ne prend pas la 1ère, …pour ne pas prendre toutes les autres qui suivront immanquablement. Tolérance zéro comme les ex-alcooliques…les ex-fumeurs ne deviennent pas des non-fumeurs, ils sont comme des ex-alcooliques de la nicotine. « Tu refumes, tu tombes !».

3. La fréquence des envies de fumer diminue avec le temps mais l’intensité monte car l’effet surprise agit et on se fait dépasser. Solutions : on reste au taquet : Action-Réaction…on ne baisse pas la garde. Les stratégies du départ ne doivent pas être rangées dans un tiroir mais doivent encore être exploités au fil du temps.

4. La mémoire est sélective et nostalgique et fait fantasmer d’une bonne petite cigarette. Solution : recourir à sa mémoire objective et se souvenir du pourquoi on voulait arrêter de fumer.

5. Une banalisation des bénéfices de l’arrêt s’installe avec le temps, c’est moins enthousiasmant. Solution : prendre conscience de chaque avantage, plaisir, bénéfice, satisfaction, petit ou grand, qu’apporte l’arrêt chaque jour.

6. Le traitement médicamenteux est terminé…et plus rien ne va. Conséquence quand on a tout investi dans un pouvoir magique du médicament. Solution : c’est soi-même qu’on arrête de fumer, les restes sont des aides temporaires de confort. D’où la nécessité de motivation durable.

Calendrier

Voilà quelques pistes qui seront très largement développées et complétées dans le webinaire du vendredi 3 juin 2022.

Quelques mots sur la rechute

cheminement

La rechute ne doit pas être prise pour un échec. On le sait, on le voit, l’aboutissement d’un arrêt définitif est très souvent la suite de 2, 3, voire 4 tentatives préalables. On apprend de ses erreurs. On connaît mieux ses forces et faiblesses. Faites vous aider avec un tabacologue…ou un médecin, un pharmacien, tout professionnel de la santé. Cela permet de réaliser un arrêt de tabac plus efficace, encadrer, soutenu, professionnel….et ce pas seulement les quelques premiers jours. La très grande majorité des fumeurs qui vont arrêter de fumer ont passé deux tiers, si pas trois quarts de leur vie à fumer, alors cela mérite bien un investissement de quelques mois…pour continuer à vivre sans fumer.


Calendrier

Un autre webinaire prévu le 7 juin abordera la place de l’hypnose dans la consolidation du sevrage.

Test de dépendance nicotinique

Vous vous souvenez ? Dans la phase préparatoire vous avez peut-être évalué votre dépendance. Et maintenant, vous en êtes où ?

Ce petit quiz vous permet d'évaluer votre niveau de dépendance à la nicotine en répondant à 6 courtes questions à choix multiple.
Le temps nécessaire pour le compléter est moins de 3 minutes.
Vous êtes libre d'indiquer une adresse e-mail pour recevoir les résultats, sinon laissez le champ vide.

Adresse courriel (facultative)


Évaluation

logo-EVUNS-carreÀ l’issue de la campagne "Ensemble vers un nouveau souffle", nous aimerions récolter vos avis avec une petite dizaine de questions !
Merci de nous aider en remplissant ce formulaire.

Les données sont collectées à titre statistique et pour améliorer nos services, elles ne sont en aucun cas communiquées à des tiers ni employées à des fins de marketing.

Cliquez sur le bouton "Suivant" pour commencer, cela ne vous prendra pas plus de quelques minutes.

Logo-EVUNS-carre-recoupe Ensemble
vers un nouveau souffle
Facebook619
Instagram104
223
Aller au contenu principal